L’histoire du village

La Villedieu eut le triste privilège d’être, en France, la première commune rayée de la carte en temps de paix.

La commune de La Villedieu a été rayée de la carte de France à la suite d’un jugement d’expropriation en 1914, pour agrandir le camp militaire du Valdahon. Dès 1907, plusieurs fermes disparaissent acquises pour l’extension du camp : l’exode commence. Lors de la dernière réunion du conseil municipal, cette petite phrase a été écrite : « Notre patrimoine et notre civisme nous imposent de délaisser nos biens. ».

Depuis 1907 jusqu’au 1er juin 1926, date de la prise de possession de l’armée, les habitants ne se sont pas révoltés et par patriotisme, ont quitté leur village, leurs maisons, leurs terres, et même leurs morts pour aller vivre ailleurs, là où ils avaient pu trouver une maison, une ferme.

L’abbé Jean Garneret, dans son livre « Vie et  mort du paysan » écrivait : « La Villedieu était loin d’être un village quelconque. Ce sont les chevaliers de l’hôpital Saint Jean de Jérusalem qui, en s’installant en 1180 dans ce village, lui ont donné le nom de « Villa Dei », ce qui veut dire domaine de Dieu. Ces chevaliers créent un hôpital et une commanderie et accueillent les malades, nourrissent les pauvres ».

Le lendemain du départ, le village vidé de ses habitants est pratiquement intact : l’église est en ordre, l’école aussi, les deux fontaines donnent leur eau. Seuls ont disparu bêtes et gens. L’emplacement du cimetière, la fontaine, l’abreuvoir et la source voûtée datant de 1637 , le clocher restauré en 1979 au bout d’une église dont il ne reste que les murs, voilà aujourd’hui ce qui reste du village d’hier.

A la disparition du village en 1926, l’église fut abandonnée et ses biens dispersés : les trois autels en marbre furent déposés dans l’église de Fontaine les Clerval, les vitraux, tables de communion, bancs et chaires et le chemin de croix dans la chapelle de Laissey, les cloches à Valdahon et Vercel, l’horloge à Rang et les dalles à l’église d’Epenoy. Elle servit même de grange pour le fourrage pendant la guerre de 39-40. Personne n’a osé détruire l’église et la croix veille toujours sur les morts enterrés à ses pieds. Actuellement, il ne reste que l’emplacement des murs et le clocher dont le dôme a été remonté en 1979. Malheureusement en mars 2013, un pan de mur s’est effondré et le dôme a été déposé au sol.

Le 13 août 1962, le conseil d’état supprime la commune de La Villedieu et rattache son territoire à Vercel qui s’appelle aujourd’hui Vercel Villedieu le camp, ce fut la première commune de France à être totalement supprimée.

Le cas de cette commune est unique en France, même exceptionnel. L’état, à l’époque, n’a pas voulu reconnaître le principe du droit de propriété des habitants sur certains biens communaux, comme la forêt du Chanois, 207 hectares, acheté en 1907 par la commune à l’aide de fonds provenant d’une première expropriation. Les habitants se sont battus en s’appuyant sur une ordonnance du roi Henri IV faisant défense à quiconque de s’attribuer les communaux de leurs sujets. Plus tard, la législation révolutionnaire avait formellement posé ce principe. Mais l’état n’en a pas tenu compte.

laVilledieu_01

 

Publicités

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :